Le câble sectionné
par Mark Philipps


chasseur F84-F
Le F84-F


Nous sommes le mardi 29 août 1961. Il est 13.07 à Chamonix, le soleil est au zénith et baigne la Vallée Blanche, gigantesque étendue de glace et de neige éternelle entre l’Aiguille du Midi et la Pointe Helbronner. Le télécabine qui joint ces deux sommets est bondé de touristes en cette fin d’été. La distance qui sépare ces deux sommets est de 5100 mètres et il faut alors près de 45 minutes pour que les trente six cabines accrochées par groupe de trois les relient en intégrant huit arrêts. La ligne en elle-même est une prouesse technologique et le panorama qu’elle offre est parmi les plus exceptionnels du massif du Mont-Blanc. Soudain, dans un hurlement de réacteur, un F84-F français, chasseur d’entraînement et de reconnaissance de l’armée de l’air, passe en rasant la paroi rocheuse entre l’Aiguille du Midi et le Gros Rognon, ce dernier distant de plus de 1600 mètres du départ du télécabine.

cabines ancienne génération
Les anciennes cabines de la ligne Helbronner

Dans une manœuvre de redressement de dernière seconde, le pilote militaire accroche avec l' aile gauche le câble tracteur qui guide à ce moment un groupe de trois cabines entre le gros Rognon via la gare d’arrivée et le sectionne. C’est l’endroit de la ligne où la pente est la plus forte. Les fragiles cabines d’aluminium qui s’élèvent vers l’Aiguille du Midi se trouvent d’un coup privées de traction et entament immédiatement une brutale marche arrière. Elle se séparent du câble porteur au passage du Gros Rognon pour finalement s’écraser 150 mètres plus bas de l’autre côté en dévalant la face rocheuse à plus de 3526 mètres d’altitude. L’installation, privée de câble tracteur, s’arrête nette.

Au sol, dans ce qui reste des bennes, 6 personnes ont perdu la vie. Dans le ciel, commence pour les 81 autres passagers bloqués l’angoisse d’un sauvetage qui reste exceptionnel.

cabines nouvelle génération
2003 : Départ vers Helbronner

Il faut souligner l’exceptionnel courage de Christian Mollier, jeune aspirant guide du village des Bossons âgé de 21 ans, qui a eu la prodigieuse présence d’esprit de tenter la manœuvre de descente jusqu’au sol et d’y réussir alors qu’il faisait partie des voyageurs immobilisés entre ciel et terre. Toute la journée et toute la nuit, les guides Chamoniards et Valdotains aidés par les chasseurs alpins et les employés du téléphérique s’organisent et se relaient pour secourir les passagers tétanisés de peur et de froid. Aucune autre victime ne sera à déplorer. Cet accident d’avion, fut pour la société du nouveau téléphérique une de ses plus grandes tragédies.

A lire : un livre très bien documenté de Christian Brincourt, "Envoyé Spécial", 50 ans de reportages à Chamonix paru aux Editions Guérin.

Editions Guérin

Envoyé Spécial


Lire une autre histoire

sommaire

N'hésitez pas à nous écrire

courrier at aiguilledumidi.net